Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La vérité est ailleurs

Le chaos du monde ne naît pas de l'âme des peuples, des races ou des religions, mais de l'insatiable appétit des puissants, les humbles veillent !

Dans "Envoyé Spécial", Julie Gayet fait le test du glyphosate Pour l'enquête d'Elise Lucet sur ce "cancérogène probable", une douzaine de personnalités se sont prêtées à un test d'urine.

Publié le 18 Janvier 2019 par Carolyonne89 in ACTUALITES, Capitalisme, Corruption, Culture, Enfance, Ecologie, Environnement, Famille, Europe, France, Medias, Mondialisme, Nutrition, Politique, Sante, Société

TOUS CONTAMINÉS,  TOUS CONCERNÉS! 

SAVOIR DIRE STOP AU GLYPHOSATE EST UN DEVOIR D'UTILITÉ ET DE SANTÉ PUBLIQUE! 

TOUS UNIS, AGISSONS POUR LA SANTÉ

DES TOUS PETITS... 

Nous devons EXIGER le retrait immédiat de ces produits extrêmement dangereux pour la santé.. Il n'y a plus de temps à perdre! 

Exigons des politiques elus et entretenus par nos soins qu'ils fassent ENFIN leur devoir de "représentants du peuple" ,

PLUTOT QUE DE SE SOUMETTRE AUX DIKTATS DES LOBBYINGS!! 

SANTÉ - Julie Gayet décroche la palme. Parmi la douzaine de personnalités qui ont accepté de faire un test d'urine pour mesurer la présence de glyphosate dans leur organisme, c'est l'actrice et productrice qui bat le record avec 1,26 microgrammes de glyphosate par litre.

Si Julie Gayet s'est retrouvée à envoyer un échantillon d'urine dans un laboratoire en Allemagne, c'est dans le cadre de la soirée d'"Envoyé Spécial" consacrée au glyphosate ce jeudi 17 janvier. Un produit entrant dans la composition du fameux herbicide Round Up, le plus vendu au monde.

Qu'il s'agisse de Jamel Debbouze, Lilian Thuram ou Abd al Malik, toutes les célébrités s'étant prêtées au jeu ont du glyphosate dans leur organisme, quel que soit leur lieu de vie. La contamination passe par l'alimentation explique "Envoyé Spécial". "Je ne mange pas très bio", avoue Julie Gayet. Quand bien même... Ceux qui font très attention à leur alimentation, comme le champion du monde de décathlon Kevin Mayer, sont également contaminés. Quelques écarts suffisent.

En faisant intervenir des personnalités dans son enquête, "Envoyé Spécial" réitère le coup de com' déjà utilisé par l'ONG Générations Futures en 2017 en analysant la présence de perturbateurs endocriniens dans les cheveux de personnalités écologistes. Une façon d'attirer, une fois de plus, l'attention du public sur ce désherbant "à large spectre", classé comme "cancérogène probable" en mars 2015 par le Centre international de recherche sur le cancer, agence dépendant de l'Organisation mondiale de la santé. Mais toujours sujet à débats: en novembre 2015, l'Autorité européenne de sécurité des aliments estimait "improbable" qu'il présente un danger cancérogène pour l'homme, et l'Agence européenne des produits chimiques était allée dans le même sens en 2017.

Un nombre croissant d'organisations militent pour son interdiction. La France s'est d'ailleurs engagée à sortir du glyphosate d'ici à 2021.

 

Commenter cet article