Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La vérité est ailleurs

Le Conseil d'Etat autorise le fichage des individus et personnes morales selon leurs opinions politiques,mais pas seulement !

18 Janvier 2021 , Rédigé par Carolyonne89 Publié dans #ACTUALITES, #Répression et fichage généralisé de la population française, #Politique totalitaire Macron, #Nouvelle atteinte aux libertés, #Le conseil d'État valide la dictature macronienne, #Tous fichés tous fliqués

C’est un désaveu pour les défenseurs des libertés publiques : le Conseil d’Etat a approuvé lundi les trois décrets permettant le fichage des citoyens mais aussi des personnes morales, donc les associations et les organisations professionnelles, selon leurs activités et opinions politiques et religieuses, appartenances syndicales ou données de santé comme des troubles psychologiques et psychiatriques. Fait notable, les trois décrets permettent également à la police d’inscrire sur ces fiches les propos tenus sur les réseaux sociaux. Les détracteurs des trois décrets accusent le gouvernement de poser la nouvelle pierre d’une dérive autoritaire liberticide, et de transformer chaque citoyen en un suspect à surveiller.

Fichage pour opinion politique et religieuse

Le 2 décembre 2020, trois décrets modifiant le Code de la sécurité intérieure sur le traitement des données personnelles ont provoqué les foudres et les inquiétudes de nombreux défenseurs des droits humains mais aussi d’organisations syndicales.

Déjà entrés en application depuis ce 5 décembre, ces trois décrets viennent officiellement renforcer le contrôle sur le risque d’atteinte « à la sureté de l’État ». Un terme flou qui sera laissé à la libre appréciation des agents chargés de récolter les données sur les opposants politiques et les associations.

Les décrets autorisent notamment les forces de l’ordre à ficher les « opinions politiques », les « convictions philosophiques et religieuses » et « l’appartenance syndicale », alors que les précédents textes se limitaient à recenser leurs « activités ». De plus, identifiants, photos et commentaires sur les réseaux sociaux y seront également annotés, comme les troubles psychiatriques.

Dans le détail, les décrets portent sur trois fichiers : le Pasp (prévention des atteintes à la sécurité publique) de la police ; le Gipasp (gestion de l’information et prévention des atteintes à la sécurité publique) des gendarmes et l’EASP (enquêtes administratives liées à la sécurité publique) utilisé avant le recrutement de fonctionnaires sur des postes sensibles.

Pour avoir un ordre de grandeur, début novembre, 60.686 personnes étaient inscrites au Pasp, 67.000 au Gipasp et 221.711 à l’EASP, selon le ministère de l’Intérieur. Alors qu’ils visaient auparavant les hooligans et manifestants violents, ces fichiers recenseront désormais les données des personnes soupçonnées d’activités terroristes ou susceptibles « de porter atteinte à l’intégrité du territoire ou des institutions de la République ».

Cette tournure de phrase laissant la place à une vaste interprétation, les défenseurs des droits humains voient les trois décrets comme la continuité d’une dérive autoritaire à l’œuvre sous le gouvernement Macron. Cette dérive s’est accentuée avec le nouveau « schéma national du maintien de l’ordre », publié par le ministère de l’Intérieur, qui vise à limiter, contrôler et sanctionner les manifestations beaucoup plus drastiquement.

Quelques mois après, le projet de loi sécurité globale a rencontré une mobilisation très forte de la part d’une grande partie de la population, y compris des organes de presse concernant l’interdiction de diffuser la vidéo d’agent(s) de police dans le cas où cette diffusion porterait « atteinte à son intégrité psychique ou physique ».

Là encore, un terme flou libre aux interprétations subjectives des agents, qui s’est déjà traduit par un renforcement de la répression policière sur les manifestants équipés de téléphone portable, mais aussi par de nombreuses interpellations de journalistes qui couvraient les événements... la suite sur le lien...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article